Nouvelles

Le Nouveau-Brunswick n’embarque plus dans la galère libérale : renversons l’entente avec le Groupe Océan et cessons l’aide aus sociétés parasites

FREDERICTON – À la suite des révélations de Radio-Canada à l’effet que la construction d’une cale sèche, à même l’argent des contribuables néo-brunswickois serait utilisée au Québec, le chef du NPD Dominic Cardy exige la suspension immédiate de l’entente entre le gouvernement du Nouveau-Brunswick et le chantier naval de Bas-Caraquet en attendant les résultats d’un examen complet des programmes d’aides aux sociétés parasites par la vérificatrice générale. La vérificatrice générale en a elle-même fait la recommandation dans son rapport annuel, une recommandation que les libéraux de Gallant ont ignorée.

« Le Nouveau-Brunswick ne peut plus se permettre de voguer à la dérive libérale, » dit Cardy. « Gaspiller 13 millions de dollars – et probablement beaucoup plus d’ici la fin – pour bâtir une cale sèche qui sera utilisée au Québec de façon permanente, est tout à fait inacceptable et tout à fait ridicule. Ce gouvernement a une dépendance à l’aide aux sociétés parasites. Il doit cesser avant que nous nous retrouvions dans un tourbillon de dépenses de plus en plus d’argent, que nous n’avons pas, qu’il donne aux compagnies d’autres provinces. »

La proposition initiale consistait à construire le chantier naval au coût de 29 millions de dollars et à le louer pour 20 ans au Groupe Océan. Le chantier naval devenu insolvable, le gouvernement a décidé de subventionner la construction de la cale sèche et de prendre possession du chantier.

« Nous payons le Groupe Océan pour leur construire une cale sèche qui prendra le large. Nous assumerons la totalité des coûts, ils empochent tous les profits. Cela doit cesser. »

Le NPD demande depuis longtemps que cessent les subventions directes aux entreprises, faisant référence aux milliards de dollars gaspillés à des projets de développement économique qui ont échoués et leur inefficacité à créer des emplois et des occasions d’affaires au Nouveau-Brunswick.

Le chantier naval libéral, un autre projet comme Atcon qui risque de sombrer, dit Cardy

FREDERICTON – Le chef du NPD du Nouveau-Brunswick Dominic Cardy affirme que la décision du gouvernement libéral de soutenir et d’acquérir un projet de chantier naval en faillite est la dernière chose dont les contribuables du Nouveau-Brunswick ont besoin.

« La province met à pied du personnel enseignant et fait des compressions dans le système de santé. De plus en plus de Néo-Brunswickois cherchent du travail. La solution des libéraux est d’engloutir 40 millions de dollars que nous n’avons pas, dans un chantier naval qui est déjà en train de sombrer. »

« La province compte embaucher des dirigeants du secteur privé pour rentabiliser le chantier naval, » dit Cardy. « Ça n’a aucun sens. Si ce projet était viable, le secteur privé aurait déjà réussit à construire des navires à Caraquet. »

« Brian Gallant doit fournir des réponses, » dit Cardy. « Qu’adviendra-t-il si le gouvernement fédéral réalise que le projet n’est pas viable ? Qui fera l’acquisition de ces navires ? Comment justifier un investissement de 40 millions de dollars à un projet qui a déjà échoué alors que plusieurs de nos travailleurs et travailleuses n’ont pas les compétences nécessaires pour trouver un emploi ? De telles décisions sont des attaques directes à ces travailleurs et travailleuses. C’est pour cette raison que tant de personnes quittent notre province. »

Cardy dit : « Si nous voulons réellement garder les jeunes au Nouveau-Brunswick, laissons couler ce bateau qui prend l’eau de toute part et réintroduisons les trois crédits d’impôt pour les étudiants. Ces crédits annulés aidaient 41 000 personnes au Nouveau-Brunswick alors que le projet de chantier naval ne bénéficie à personne. »

« Il est grand temps que Monsieur Gallant se réveille, » dit Cardy. « Les gens du Nouveau-Brunswick se souviennent que son parti a gaspillé 70 millions de dollars dans l’affaire Atcon. Le premier ministre doit tenir compte des projets de développement économiques qui ont connu des ratés dans les cinquante dernières années et avouer qu’il serait préférable de se tenir loin de projets tels que Bricklin, Atlantic Yarn et Atcon. »

 « Le gouvernement a éliminé plusieurs programmes pour faire l’annonce d’un nouveau programme d’aide aux études sous forme de bourses, » dit Cardy. « Ils auraient pu garder les trois crédits d’impôt dont bénéficiaient 41 000 néo-Brunswickois pour ce qu’il en coûtera pour acquérir le chantier naval. »

L’inclusion dans nos écoles ne fonctionne pas, dit Cardy

FREDERICTON – Le chef du NPDNB Dominic Cardy appuie la révision de la politique d’inclusion telle que proposée par l’Association des enseignant.e.s du Nouveau-Brunswick et demande un examen approfondi de la négligence du système d’éducation par Brian Gallant et Serge Rousselle.

« Le NPD appuie la demande de révision de la politique d’inclusion de l’Association des enseignant.e.s du Nouveau-Brunswick. Le programme actuel n’existe que depuis trois ans et a reçu une attention et des éloges à l’échelle mondiale. Cependant le plan sur papier n’a rien à voir avec sa mise en œuvre dans les classes. Beaucoup d’enseignant.e.s et de parents m’ont dit qu’il n’y a pas suffisamment de ressources. Au lieu de procéder à une inclusion réelle, avec des programmes d’apprentissage adaptés à chacun des enfants, nous voyons des réductions de postes en enseignement et le maintien du système sans échec qui camoufle l’échec de notre système, » dit Cardy.

« Garder le cap en éducation n’est pas une option. Lorsque les enseignant.e.e sonnent l’alarme nous devons écouter. En matière d’éducation, nous devrions toujours viser l’excellence, » dit Cardy. « En matière d’inclusion, nous ne devrions jamais cesser d’améliorer. Brian Gallant et Serge Rousselle doivent faire preuve de leadership et cela signifie écouter les enseignant.e.s, les directeurs et les directrices d’écoles et les parents. »

Les compressions dans les arts et la culture ne tiennent pas compte du long terme et devraient être renversées, dit Cardy

FREDERICTON – Le chef du NPD Dominic Cardy fait appel au gouvernement libéral pour renverser les compressions dans les arts et la culture annoncées dans le budget plus tôt ce mois-ci.

« Les arts et la culture sont un des aspects les plus importants de notre province et en procédant à des compressions arbitraires dans ce secteur, Brian Gallant prouve encore une fois qu’il gouverne sans vision pour la province, » dit Cardy.

« Bill Fraser et le gouvernement Gallant ont opté pour mettre davantage d’argent à la bureaucratie du ministère du Tourisme, Patrimoine et Culture au lieu de soutenir une industrie des arts et de la culture en expansion croissante et des plus inspirantes, » dit Cardy.

« On oublie souvent que les arts et la culture sont une partie vibrante de notre économie, » dit Cardy. « Retirer ce financement correspond à des pertes d’argent et d’emplois qui nuiront à notre économie. »

« Non seulement je crois que ArtsNB est mieux placé pour déterminer où le financement serait plus profitable, » dit Cardy, « je fais aussi plus confiance à ArtNB pour aider le secteur des arts et de la culture à créer davantage de possibilités et d’emplois. »

De la collecte de fond libérale déguisée en développement économique

FREDERICTON – Le chef du NPD Dominic Cardy dénonce la tenue d’une activité de collecte de fonds libérale plus tôt cette semaine, insistant sur le fait que si le but de cette activité était d’aider les entreprises du Nouveau-Brunswick, alors elle aurait dû être ouverte gratuitement à tous.

« M. le ministre de l’énergie du gouvernement Gallant a confirmé que les entreprises qui contribuent d’importantes sommes au Parti libéral auront la possibilité de faire progresser leurs projets plus rapidement. On doit se poser la question – si ces entreprises peuvent bénéficier de rencontres avec les quatre premiers ministres, pourquoi toutes les entreprises du Nouveau-Brunswick n’auraient-elles pas cette même possibilité ? »

Les quatre premiers ministres de l’Atlantique, tous libéraux, se sont rencontrés à Fredericton lors d’un évènement payés par les contribuables et ont alors tenue une activité de collecte de fonds à 250 $ l’assiette au profit des libéraux de Gallant. Le ministre de l’énergie Donald Arsenault a expliqué que cette accessibilité bénéficierait les entreprises, en disant : « Il s’agit là d’une chance unique et si nous voulons donner l’accessibilité à des entreprises intéressées et ainsi de suite, à faire valoir leurs projets, leurs causes, et bien c’est tout à fait justifiable. »

Cardy dit : « Même si les gouvernements ont depuis longtemps profité d’évènements publics pour remplir leur coffre, seul les libéraux de Gallant l’ont fait de façon si flagrante. Maintenant des ministres confirment que les entreprises qui contribuent au Parti libéral ont accès alors que les autres non. »

« S’il s’agissait vraiment d’aider les entreprises à rencontrer les quatre premiers ministre, il aurait fallu que l’activité soit accessible gratuitement pour toutes les entreprises du Nouveau-Brunswick et ne pas réclamer de pots-de-vin à l’entrée. Les responsables des partis politiques ne devraient pas exiger de frais à l’entrée lors d’évènements où des affaires officielles sont discutées. »

M. Cardy conclut en disant : « Je mets les journalistes au défi de demander aux premiers ministres McNeil, MacLauchlan et Ball comment ils se sentent de participer à titre d’invités d’honneur à un évènement où des ministres admettent avoir vendu l’accessibilité dans le but de faire avancer des projets d’affaires. Pour M. Gallant, il s’agit d’une autre preuve que sa seule préoccupation est de créer des emplois avec des entreprises qui peuvent aider lui et ses amis libéraux. »

Page 5« First...34567...1020...Last »